Le gaz de chistr

Gilles de Janzé

Retour à la page de l'ouvrage Retour aux Editions La Truite de Quénécan

EXTRAITS de l'étude d'André PICOT (actualisée en mai 2011)

Directeur de recherches honoraires CNRS, Président de l’Association Toxicologie-Chimie (Paris)

L’EXPLORATION ET L’EXPLOITATION DES HUILES ET GAZ DE SCHISTE

OU HYDROCARBURES DE ROCHE-MERE PAR FRACTURATION HYDRAULIQUE

 

"Comme les réserves de gaz naturel conventionnel (méthane…) décroissent inexorablement et pourraient être épuisées dans une soixantaine d’années, l’extraction des huiles et gaz non conventionnels emprisonnés dans du schiste ou hydrocarbures de roche-mère (roches sédimentaires) ou du charbon apparaît comme une alternative très séduisante pour plusieurs pays (Etats-Unis, Canada, maintenant l’Europe et dans l’avenir la Russie et la Chine). Les gaz non conventionnels représenteraient plus de quatre fois les ressources de gaz conventionnels. Si on arrivait à bien exploiter ces gaz non conventionnels, cela changerait considérablement la politique énergétique mondiale, mais à quel prix pour l’environnement, tant les techniques d’extraction actuellement mises en place semblent polluantes !"

"Tout semble se passer comme si la zone de fracturation se comportait comme un réacteur chimique, dans lequel divers produits chimiques réagissent les uns sur les autres, le tout en présence de catalyseurs minéraux."

"En fait, le vrai obstacle est d’obtenir des informations sur la concentration réelle des produits dans cette soupe chimique, dont on ne peut que s’interroger sur la nécessité de contenir tant de constituants ! Historiquement, l’exploitation du gaz de schiste ou roche-mère, s’étale aux Etats-Unis sur environ une décennie, mais fait inquiétant, le nombre de puits exploités ne cesse de croître, avec son cortège d’atteinte à l’environnement. Or, ce que l’on constate, c’est la rareté des zones d’exploitation, qui font l’objet d’une surveillance régulière de la qualité de l’eau, ce qui ne permet pas de conclure à l’absence de risque de contamination et laisse libre cours à l’optimisme affiché par les pétroliers ! Le plus souvent, une surveillance a lieu suite à un incident ou un accident, mais celle-ci n’est jamais systématique. Ainsi, le 5 mai 2004, en Pennsylvanie, une explosion est survenue dans une habitation, dans laquelle le propriétaire, en ouvrant un robinet d’eau en présence d’une flamme, a entraîné la destruction de sa maison et le décès des trois résidents. Il est stupéfiant d’apprendre que la concentration du méthane dans l’eau de consommation est parfois de l’ordre de 1mg / litre, ce qui constitue un facteur de ASSOCIATION TOXICOLOGIE-CHIMIE MDA 10, 206 Quai de Valmy, 75010 PARIS http://atctoxicologie.free.fr 34 risques d’explosion et d’incendie très important, ce qui a obligé à mettre en place localement des mesures de prévention (dégazage de l’eau, distribution d’eaux embouteillées…)."

"Depuis une dizaine d’années, l’exploitation des gaz et huiles de schiste ou hydrocarbures de rochemère, dits non conventionnels, ont connu un essor considérable aux Etats-Unis, entraînant par ailleurs une dégradation de l’environnement, dont il est encore difficile de mesurer toutes les conséquences à long terme. En sera-t-il de même en France, le pays européen dont les réserves seraient énormes. En effet, sous forme d’huiles de schiste, l’Ile de France possèderait quelques 100.000 de m³ de ressources exploitables ! Quant aux gaz de schiste, les réserves entre Montélimar et Montpellier seraient de l’ordre de 500 millions de m3, dont 10% serait techniquement exploitable facilement, de quoi couvrir une bonne dizaine d’années de consommation actuelle de gaz. Donc, un énorme « Eldorado » dort sous nos pieds, mais ce trésor est d’autant plus explosif, que l’exemple américain doit nous inciter à la plus grande prudence."

"La position de l’Agence Américaine de l’Environnement (EPA) est dans ce sens particulièrement instructive. En effet, pour l’EPA, qui investit plusieurs millions de dollars pour évaluer avec précision les impacts environnementaux et sanitaires liés à l’exploitation des gaz de schiste, il semble parfaitement acquis que les dangers écologiques, sont bien plus considérables que les retombées économiques, pourtant très rentables pour les pétroliers et accessoirement pour les populations locales. Aux Etats-Unis, l’exemple de la Pennsylvanie est particulièrement éloquent. Si 71.000 puits sont exploités actuellement ( il y en avait 36.000 en 2000), des régions entières de cet état très verdoyantes sont maintenant quasi désertiques, les nappes phréatiques étant asséchées et le sous-sol totalement pollué, avec en plus une eau de surface partiellement radioactive. Mais en fait, rien ne freine cette ruée vers l’or du XXI ème siècle… 3000 permis nouveaux ont été accordés en 2010 et ce n’est pas l’explosion d’un puits le 20 avril dernier qui va entamer ce bond en avant de l’exploitation « Marcellus »… A chacun ses perspectives d’avenir ! Si le gaz de schiste ou roche-mère est devenu récemment la seconde source énergétique des Etats-Unis, il serait inacceptable que la France suive cet exemple, tant le désastre écologique est probant outre-atlantique. A nous, d’en tirer les leçons… ce que du reste semblent faire le Québec et l’Afrique du Sud."

Site édité par La Truite de Quénécan Editions, La Forge Neuve, 56.480 Sainte-Brigitte, France. Contact: gilles.dupontavice@orange.fr