Le moulin à tan de La Forge Neuve: le tan

Page en construction

"Le terme « tan » vient du radical gaulois « tann » qui signifie « chêne ». Le tan est constitué d’écorce de chêne moulue, utilisée dans l’application des méthodes anciennes de tannage végétal. Le tannage végétal est plus particulièrement appliqué aux cuirs des gros bovins, notamment aux cuirs pour semelles de chaussures. Jusqu’à la fin du siècle dernier, il était toujours réalisé au moyen de l’écorce de chêne moulue, ou « tan », utilisée sous sa forme naturelle et en macérations dans l’eau froide. Les liqueurs tannantes ainsi obtenues, ou « jusées », sont peu concentrées en tanin, de sorte que le tannage est très lent. Ce tannage, dit tannage lent, s’effectue en trois phases, de concentration tannique croissante : la « basserie », le « refaisage » et les « fosses ». Dans la dernière phase, les peaux sont empilées entre des couches de tan dans des cuves cylindriques en bois ou « fosses », enterrées dans le sol, et y demeurent 9 à 12 mois. Dans le tannage rapide, on utilise d’autres matières tannantes que l’écorce de chêne, en particulier les bois du quebracho ou du châtaignier sous forme d’extraits concentrés."

En 1880, l’invention du Suédois Cavallin (les sels de Chrome), qui permet de traiter les peaux, sans utiliser le tanin employé jusqu’alors, va accélérer la disparition progressive de cette activité (Gabriel Henri Penet).

 

Retour à la page du Moulin à tan

Site édité par La Truite de Quénécan Editions, La Forge Neuve, 56.480 Sainte-Brigitte, France. Contact: gilles.dupontavice@orange.fr