PROJET DE CENTRALE PHOTOVOLTAIQUE A PERRET

Accueil du site Les terrains Environnement Etat du dossier

 

Réseau hydrographique

Ci-contre, carte du réseau hydrographique inventorié par l'IGN. Les zones étudiées s'en trouvent assez éloignées. En haut, le Blavet canalisé qui devient à droite le lac de Guerlédan. A gauche le petit ruisseau du Pouldu, à droite le ruisseau des Forges et ses trois étangs.

Sites classés

Par lettre du 25 novembre 2010, la DRAC a indiqué qu'elle serait vigileante quant au respect des abords des sites classés. Ils sont au nombre de trois, à plus d'un kilomètre: l'abbaye de Bon-Repos (chiffre 1 en rouge) est classée Monument Historique. La Forge Neuve (2) et les Forges des Salles (3) sont inscrits à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Le site de Belorient n'est visible d'aucun de ces sites.

Habitations

Des habitations se trouvent à proximité du site (voir cartes de la page Les terrains). Il faudra limiter l'exploitation aux terrains ne provoquant pas de nuisances visuelles. L'accès aux panneaux peut se faire depuis les routes communales sans gêner les riverains.

 

Abbaye de Bon-Repos
Ancien moulin de la Forge Neuve
Ancien village sidérurgique des Forges des Salles

Zones de protection ZNIEFF et Natura 2000

Le site de Belorient se trouve dans un ensemble classé en ZNIEFF 2. Une Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) est un secteur du territoire d'intérêt notable du point de vue écologique.

Les zones de type I (ici en rouge) ont un: intérêt biologique remarquable
Les zones de type II (ici en orange) recouvrent les grands ensembles naturels.

Les zones humides des étangs (ici en vert) sont classées en site Natura 2000.

La présence d'une ZNIEFF 2 n'est pas rédhibitoire pour un tel projet, mais l'étude d'impact doit en tenir compte et proposer les aménagements permettant la conservation de la biodiversité.

Etude environnementale

L'étude environnementale devra répertorier la faune et la flore présentes sur la zone. Plusieurs organismes sont compétents pour la réaliser.

En ce qui concerne la faune, le milieu de landes abrite plusieurs variétés d'oiseaux nicheurs. Certaines sont fréquentes, comme le pigeon colombin, . D'autres plus rares, comme le pic mar. L'engoulevent d'Europe est présent sur cette zone; l'étude devra en tenir compte. Comme cet oiseau niche sur le sol, il est probable qu'un entretien de la lande et la réduction des arbres ligneux le favorise, ainsi que la clôture du terrain qui le protègerait de certains prédateurs, dont le sanglier. A titre de mesure compensatoire, on peut envisager le maintien de grands arbres isolés et des andains après abattage des autres arbres colonisateurs de la lande. La lande bretonne est un terrain de nature pauvre, autrefois exploité de manière extensive par fauchage ou pâturage, et dégradé depuis son abandon. Sur les Monts d'Arrée, dans le Parc naturel d'Armorique, un programme est en cours pour rajeunir et entretenir les landes. Des subventions y sont données aux propriétaires pour faucher et couper les arbres invasifs. L'entretien de la lande lié à une activité photovoltaïque peut permettre de la restituer à son état ancien.

Pour la flore, on recense sur ce type de sols la fougère-aigle, la renoncule, la corydale à vrilles, la passerage hétérophylle, le nombril de Vénus, l'orpin d'Angleterre, la potentille tormentine, l'alchémille, le genêt, l'ajonc d'Europe, la bourdaine, le millepertuis, la violette de Rivin et la violette lactée, l'épilobe à feuilles étroites, les bruyères cillée et cendrée, la callune, la cicendie filiforme, la gentiane pneumonanthe, la germandrée scorodoine, la véronique, la pédiculaire des bois, la lobélie, la solidage verge d'or, les épervières de Savoie et en ombrelle, la luzule multiflore, la luzule des bois, la danthonie inclinée, le nard raide... Certaines de ces plantes sont considérées comme ayant des vertus thérapeutiques; ce pourrait être un atout pour le financement de l'entretien du site.

Les résultats de l'étude amèneront sans doute à exclure cetaines zones, voire à réaliser des mesures compensatoires sur des terrains extérieurs au projet.

Pour tous renseignements, contacter Gilles du Pontavice, gilles.dupontavice@orange.fr. Téléphone: 06.16.67.13.56.